mercredi 10 novembre 2021

Eradiquons le capitalisme ! - tract distribué à rennes lors de la manifestation et journée de grève intersyndicale et interprofessionnelle du 05/10/21

Une pandémie mondiale, des régimes autoritaires partout sur la planète, des lois liberticides à ne plus savoir qu’en faire, une violence policière omniprésente, des dizaines de millions de réfugiés climatiques, des pauvres de plus en plus nombreux : le constat est là. Mais qui est responsable de la situation ?


Cet été, ça a flambé un peu partout : Californie, Australie, Grèce et la tendance n’est pas près de s’arrêter. Après les terribles inondations d’Allemagne, Belgique, on n’en finit plus de compter les catastrophes, les victimes. Le principal auteur, le fautif du dérèglement climatique, est toujours debout : le capitalisme soutenu par les États et les partis politiques de gouvernement.

Ça flambe également sur le coût de la vie : augmentation faramineuse du coût de l’énergie comme celui du gaz (plus de 10 % en juillet et 9 % en septembre), de l’électricité, du carburant, de l’alimentation : fruits, légumes... L’inflation annuelle évaluée sur le prix de quelques produits de base constatés en août, s’estime autour de 3 % !

Face à cela, s’impose plus que jamais une augmentation substantielle des salaires et des pensions.

Comment s’étonner devant de si déplorables conditions de travail, des salaires aussi minables, que des pans entiers de l’activité économique ne soient pas pourvus : restauration, aide à la personne...

Mais les postes d’actionnaires, eux, sont bien dotés : cette année, les requins du CAC 40, par exemple, devraient rapiner autour de 41 milliards d’euros !

Et pendant ce temps-là, Macron maintient ses plans de casse du social. Après avoir supprimé 5700 lits d’hôpitaux en pleine pandémie en 2020, il met en place sa « réforme » de l’assurance-chômage, avec des droits revus à la baisse pour les chômeurs.euses, et sa réforme des retraites n’est pas abandonnée!

Prédation ou Solidarité ?

 


Changement notable des relations au travail, la généralisation du télétravail permet au patronat de diminuer les coûts de surface et de briser un peu plus les solidarités, luttes collectives éventuelles, d’augmenter la productivité et de surveiller les salariés.e.s. A rapprocher avec la surveillance généralisée des populations : citons la loi dite de Sécurité globale adoptée par le Parlement le 15 avril, et accélérant la mise au pas par la robotisation de contrôle (algorithmes, drones, vidéo-surveillance...) mais aussi la création du pass sanitaire, entraînant de fait des atteintes supplémentaires contre la liberté en différenciant les droits entre citoyens.

Dans la continuité de cette ligne politique, la choquante restriction de délivrance de visas faite aux populations du Maghreb permettra à Darmanin de continuer à afficher son racisme d’Etat ordinaire quand il affirme « Sur l’immigration, nous faisons mieux que nos voisins. Quand l’Allemagne accepte 50% des demandes d’asile, nous en acceptons 30%. »

Dans le même temps, l’industrie pharmaceutique, qui engrange des milliards d’argent public, protège ses profits privés à coûts de brevets, interdisant de fait aux moins riches –en Inde ou en Afrique- d’accéder à la vaccination. Dans ce domaine, comme dans les autres, abolition de la propriété privée des moyens de production comme de la propriété intellectuelle! À bas tous les brevets !

 

Les pistes existent, et elles ne passent pas par la présidentielle de 2022, 2027… ni par aucun autre chèque en blanc

 

Les manifestations et les grèves sur les lieux de travail sont des moyens d’expression de notre colère, mais aussi des armes collectives de défense des exploités. Au-delà, la grève générale interprofessionnelle permet de reprendre l’offensive. Et quand cette grève générale devient insurrectionnelle, le pouvoir se met à trembler que le peuple n’en vienne à envisager la socialisation des moyens de production et l’autogestion généralisée, ultime outil des travailleurs qui nous permettra de décider par nous-même et pour nous-mêmes de ce que nous devons continuer ou arrêter de produire, en prenant en considération les limites physiques contraintes de la planète, et les besoins de ses habitants.


 

 

Ni Etat Ni Patron ! Autogestion !

Groupe la sociale de la Fédération Anarchiste C /o local la commune 17 rue de châteaudun 35000 rennes Tel/rep : 0299689287

Permanences au local : Mercredi & Samedi de 14h à 18 h

Twitter @falasociale & Facebook & Mastodon  https://anarchism.space/@falasociale & nos vidéos sont sur https://peertube.social/accounts/falasociale ou sur Youtube ou Dailymotion

 

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire